Apprécié par les professionnels pour ses nombreux avantages (transparence financière, flexibilité, simplicité administrative…), le portage salarial constitue un excellent moyen de se lancer dans une activité indépendante en toute sécurité. Il connaît une popularité grandissante dans de nombreux pays, y compris en Belgique où le marché du travail en expansion a permis l’émergence de modes d’organisation adaptés aux besoins et aux aspirations d’indépendance et de sécurité financière des travailleurs individuels, tels que les consultants et les freelances.

Présentation du marché de l’emploi local belge

Le marché de l’emploi belge se porte plutôt bien malgré la crise sanitaire des dernières années. La pandémie de Covid-19 a en effet mis à l’arrêt de nombreux secteurs et perturbé l’économie de différents pays à travers le monde. Aujourd’hui, la reprise progressive des activités a permis au marché du travail de redémarrer lentement.

En ce qui concerne la répartition des métiers, il est juste de dire que la Belgique est un pays axé sur les services. Le secteur des services représente environ 69 % de son PIB.

Les principaux employeurs dans ce domaine sont :

  • Le commerce de détail et la distribution avec la présence de grands groupes (Carrefour, Delhaize, Colruyt, etc.) ;
  • Les transports ;
  • L’hôtellerie et la restauration ;
  • L’administration publique ;
  • L’enseignement ;
  • Les entreprises financières : banques traditionnelles et néobanques ;
  • Les différents services aux entreprises (nettoyage, maintenance de matériels et de machines, assistance technique, consultance, etc.) et à la personne (aide-ménagère, travaux de jardinage, garde d’enfants, etc.).

Le secteur secondaire en Belgique est principalement composé de grandes entreprises et de groupes, notamment des firmes multinationales telles que Volvo Cars à Gand et en région bruxelloise, Audi à Forest, et Arcelor Mittal (spécialisé en sidérurgie) en Wallonie.

Il est important de noter que le gouvernement fédéral a pour rôle de définir la stratégie de croissance du secteur de l’emploi et de la solidarité. Il s’efforce également de garantir à tous les mêmes droits et chances dans le domaine du travail.

La répartition du tissu professionnel sur l’ensemble du pays est quelque peu inégale, car la Région de Bruxelles-Capitale concentre la plupart des emplois et des offres d’emploi. Beaucoup de travailleurs de cette zone viennent de Flandre et de Wallonie. Il est d’ailleurs courant en Belgique de travailler dans une ville différente de celle de sa résidence.

Travailler en Belgique : les statuts accessibles

Trois principaux statuts sont accessibles aux travailleurs en Belgique. Suivant sa situation, sa vocation, ses motivations, ses besoins ou encore ses objectifs, il est possible d’y exercer un métier en tant que :

  • Fonctionnaire (dans l’administration donc) : les postes se trouvent aussi bien dans les bureaux administratifs que dans les services publics. Les employeurs sont l’État fédéral, les régions, les provinces, les communes et les communautés. Il est possible d’opter pour un emploi « statutaire » (accessible aux Belges et citoyens d’un État de l’Espace économique européen ou de la Confédération suisse) ou un emploi « contractuel » en CDI ou CDD (qui s’apparente un peu au salariat et qui est accessible à tous excepté dans certains domaines délicats).
  • Salarié d’entreprise : en Belgique, le contrat de travail doit spécifier sur le document et présenter dans la réalité le type d’activité (le poste et les missions), le salaire, les relations de subordination entre l’employé et l’employeur.
  • Travailleur indépendant : le professionnel travaille pour son propre compte en accomplissant des missions pour des clients qui le payent directement. Il s’acquitte de ses obligations fiscales (déclarer son activité et payer la TVA ainsi que les impôts relatifs à son activité, s’immatriculer au registre de commerce, obtenir un numéro d’entrepris et adhérer à la banque carrefour des entreprises, etc.). Le travailleur indépendant en Belgique doit aussi ouvrir un compte bancaire dédié à son activité, tenir sa comptabilité et s’affilier à une caisse d’assurances sociales… Ce statut prend de l’ampleur en Belgique et a même légèrement contribué à la reprise économique post-covid puisque l’auto-entrepreneuriat est désormais encouragé. Pour pouvoir exercer son activité, le travailleur indépendant peut créer sa micro-entreprise ou devenir salarié porté. Le portage salarial, également en plein essor, constitue pour les professionnels (consultants et freelances) un moyen d’être immédiatement opérationnels tout en bénéficiant du statut de salarié et des avantages y afférents.

Se lancer en tant que salarié porté en Belgique

Le statut de portage salarial est de plus en plus populaire en Belgique comme alternative intéressante à l’entrepreneuriat et au salariat. Il repose sur une relation tripartite entre le salarié porté, le client pour lequel il effectue des missions, et la société de portage à laquelle il est affilié.

Le salarié porté signe un contrat de travail en CDD ou en CDI avec la société de portage, qui conclut un contrat de prestation avec l’entreprise cliente.

La société de portage s’occupe de l’établissement des factures et de l’encaissement des paiements, et reverse une partie du chiffre d’affaires au salarié porté après avoir retiré les retenues obligatoires et les frais de portage.

Le salarié porté se charge de la prospection commerciale et reste libre de choisir les missions qui lui plaisent. Il fixe également ses propres tarifs. Il bénéficie d’une grande autonomie dans l’exercice de son métier, perçoit un salaire régulier (selon la fréquence convenue avec la société de portage) et a accès aux avantages sociaux du salariat, tels que la couverture sociale, l’assurance chômage et maladie, la retraite et les congés.

Par ailleurs, la société de portage offre une assistance et un accompagnement à ses salariés portés. Elle s’occupe des aspects administratifs de leurs activités à leur place et peut les aider à trouver des missions.

Il est important de choisir soigneusement sa société de portage pour profiter pleinement des avantages du portage salarial.

Pour cela, il convient de considérer différents critères, comme :

  • la réputation et l’expérience de la société de portage ;
  • sa fiabilité et sa stabilité financière ;
  • les garanties d’assurance RC pro qu’elle propose ;
  • les conditions de collaboration, notamment les frais de portage et les services complémentaires…
    Noter cette page