Créé le 1er janvier 2017, le Datadock est une base de données répertoriant les organismes de formation et les informations les concernant. L’objectif est de proposer aux utilisateurs une liste des prestataires triés suivant le critère de la qualité. Ces derniers doivent par conséquent se faire référencer sur la plateforme.

Qu’est-ce que la plateforme Datadock ?

En vertu de la loi sur la formation de 2014 et le décret du 30 juin 2015, toutes les catégories de financeurs sont tenues de vérifier la capacité de l’organisme de formation à garantir des prestations de qualité.

Afin de simplifier cette démarche, les financeurs paritaires, les Organismes Paritaires Collecteurs Agréés (OPCA) et les fonds de gestion des congés individuels de formation (FONGECIF) se sont accordés sur l’élaboration d’un répertoire commun des centres de formation baptisé « Datadock ». Les établissements inscrits dans cette base de données sont ceux qui satisfont aux critères suivants :

  • Indiquer précisément les objectifs de chaque programme et sa pertinence au regard du public ciblé.
  • Assurer l’adéquation des structures et mesures d’accueil, de suivi pédagogique et d’évaluation des personnes formées.
  • Allouer toutes les ressources pédagogiques, techniques et d’encadrement requises par l’offre de formation.
  • Garantir la formation continue des formateurs et leur donner accès à une qualification professionnelle.
  • Mettre à la disposition du public tous les renseignements concernant l’offre de formation, les modalités d’accès et les résultats obtenus.
  • Prise en compte des retours exprimés par les apprenants.

À quoi sert le Datadock ?

  • Pour les centres de formation :la base de données facilite la comparaison avec les autres acteurs du marché et favorise une concurrence saine. De plus, la gestion des dossiers sur la plateforme est synonyme de praticité.
  • Pour les financeurs :l’outil Datadock et les informations collectées sur les organismes sélectionnés par les stagiaires accélèrent le contrôle de leur conformité avec la législation en vigueur.
  • Pour les bénéficiaires : s’adresser à un centre référencé Datadock donne l’assurance de formations de qualité dispensées par un organisme certifié.

Pourquoi se référencer au Datadock ?

Sans avoir valeur de certification, le référencement dans Datadock augmente la visibilité d’un organisme auprès des salariés et des employeurs, et constitue un gage de confiance du sérieux et de la qualité de ses formations.

La déclaration est en revanche impérative si l’établissement souhaite que ses formations donnent droit à un financement par les OPCA/OPACIF, argument de taille pour séduire les potentiels apprenants.

Comment se déclarer dans Datadock ?

L’inscription se fait sur le site Data-dock.fr. Muni de son numéro de déclaration d’activité et de son numéro SIREN, le centre de formation doit ouvrir un compte et répondre à un questionnaire portant sur les critères qualité définis par la loi. Des pièces justificatives des informations fournies peuvent être réclamées.

La validation de la déclaration intervient après vérification de la conformité des données. Le centre est alors considéré comme « référençable » et peut être intégré au catalogue des financeurs. Les sociétés et les salariés ont désormais la possibilité de le choisir si son offre de formation les intéresse.

La démarche est allégée pour les centres disposant d’une attestation de certification Qualité agréée par le Cnefop. Le seul élément de preuve obligatoire est celui de leur labellisation.

Quid du référencement d’ITG dans le Datadock ?

L’organisme ITG Formation, entité de la société de portage salarial ITG, figure sur la plateforme Datadock. Cela signifie que ses contenus et prestations répondent aux exigences détaillées dans le référentiel de qualité établi dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle.

Depuis 2017, l’ensemble des organismes de formation des entreprises du groupe ITG sont référencés sur le site Datadock. Toutes les formations proposées par ITG sont éligibles à la prise en charge par des instances de financement public (OPCA, Pôle Emploi, régions…).

Quel changement entre Datadock et QUALIOPI pour 2022 ?

Le décret du 6 juin 2019 stipule que tous les organismes de formation désireux de bénéficier de fonds publics ou doivent, à partir du 1er janvier 2022, se conformer au nouveau Référentiel National de Qualité ou « QUALIOPI ».

L’objectif de cette évolution dépasse la simple volonté d’amélioration du Datadock. Elle vise à contraindre les acteurs de la formation professionnelle, incluant les centres de formation d’apprentis (CFA), à prouver qu’ils ont réellement une démarche qualité en place.

La nature du contrôle constitue le changement majeur du remplacement du Datadock par le QUALIOPI. Voici les principaux changements entre les deux dispositifs :

  • Un audit obligatoire en vue d’une certification par un organisme externe.
  • Des règles plus strictes en matière de transparence concernant le coût des formations, la satisfaction des apprenants.
  • L’adaptation aux publics bénéficiaires des prestations et des modalités d’accueil, d’accompagnement, de suivi et d’évaluation mises en œuvre.
  • L’inclusion des personnes en situation de handicaps (PSH).
  • La prise en considération des attentes et contraintes des sous-traitants et des instances de financement.
  • Le renforcement de la veille réglementaire en matière de formation professionnelle, de montée en compétences, d’évolution des métiers et du marché de l’emploi, ainsi qu’en termes d’innovations à la fois sur le plan pédagogique et technologique.
  • L’adoption de mesures destinées à développer l’engagement des stagiaires.
  • La généralisation de l’enregistrement des séances pour démontrer leur bon déroulement et l’atteinte des objectifs.

Voici quelques étapes à suivre pour passer de Datadock à la QUALIOPI :

  • Former les ressources clés de l’organisation aux dispositions du référentiel associé au futur label qualité de référence.
  • Effectuer un pré-audit à blanc (test) suivi d’une évaluation dans les locaux de l’organisme au minimum sur une journée, et ce même si celui-ci n’assure pas de formations en présentiel.
  • Piloter le plan d’action défini pour corriger les anomalies relevées lors du bilan initial en préparation de l’audit de certification QUALIOPI.
  • Passer avec succès l’audit de reconnaissance

Pour les centres de formation, cette transition représente une occasion unique d’adopter des pratiques vertueuses et d’obtenir une certification QUALIOPI afin de s’ouvrir de nouveaux horizons.