Le développement d’affaires est un pilier de croissance pour l’entreprise. Ce processus lui permet d’avoir de nouvelles occasions de développement qui contribuent à l’augmentation du chiffre d’affaires. Celles-ci seront créées par le biais de nouveaux partenariats et par la conquête d’un nouveau marché. Il appartient au business developer de les identifier.

Business development est un terme récurrent souvent entendu dans de nombreuses entreprises. Il est traduit littéralement par développement d’affaires en français. Il est souvent évoqué pour parler des activités qui permettent à une organisation d’optimiser sa croissance. Il peut dans ce sens se confondre avec le développement commercial.

Il existe pourtant des différences entre les deux notions. D’ailleurs, le développement d’affaires va au-delà du cadre commercial et des activités du département y afférent. Le sens donné à cette activité peut varier selon la structure de l’entreprise et les objectifs visés. Le métier du business developer évolue ainsi suivant l’environnement dans lequel il se trouve et les attentes de son employeur. Ce type de métier est éligible au portage salarial.

Qu’est-ce que le Business Development ?

Le business development regroupe à la fois des stratégies, des tâches, et des actions. En un mot, il s’agit d’un processus dont le but est d’engendrer des occasions de croissance pour l’entreprise. L’action menée concourt ainsi à l’augmentation de son chiffre d’affaires.

Le développement d’affaires et le développement commercial peuvent désigner le même processus. C’est notamment le cas dans les start-ups spécialisées dans la conception de solutions technologiques. Le business development désigne en revanche la tâche de plusieurs personnes, voire de divers départements dans les grandes entreprises.

Pour faire la différence, il faut noter que le business development ne se limite pas aux actions de prospection. D’autres stratégies et diverses tâches peuvent être menées pour améliorer la productivité d’une société. Il peut s’agir de créer de nouveaux partenariats ou d’augmenter le chiffre d’affaires d’une structure existante.

L’élaboration d’un fichier prospect ou l’étude du business model peuvent aussi être considérés comme des actions d’accroissement d’affaires. De même, une entreprise qui travaille sur une nouvelle division de marché se crée de nouvelles opportunités.

Par ailleurs, le processus part de la mise en place d’une stratégie commerciale qui comprend trois étapes :

La première est une phase d’observation

L’objectif est de déterminer les forces et les faiblesses de l’organisation. Il s’agit également de faire un état des lieux de la concurrence.

La deuxième étape consiste à définir les objectifs

Les buts visés doivent être connus. Cette étape permet de faire une estimation des gains possibles dans l’avenir

La dernière étape repose sur la mise en place des plans d’action

Cette troisième et dernière étape représente l’aboutissement des deux précédentes. Il s’agit désormais de passer à l’action et de mettre en œuvre les stratégies élaborées. Le business developer se charge du suivi et s’assure que les activités imaginées en amont sont réalisées correctement.

Comment devenir Business Developer ?

Le métier de business developer est ouvert aux candidats ayant un Bac+2, idéalement en technique de commercialisation. Cela dit, il est conseillé de poursuivre jusqu’au Master 2. Cela permet d’améliorer le profil et d’obtenir une rémunération plus intéressante. Il est également possible de se spécialiser dans un secteur d’activité particulier comme le digital.

Concernant les compétences et les qualités requises, elles sont nombreuses. Un business developer doit être capable de :

  • Mener des études de marché ;
  • Gérer une négociation ;
  • Diriger une réunion ;
  • Communiquer efficacement.

La créativité et la curiosité sont des qualités essentielles pour exercer ce métier. Le business developer doit être attentif aux nouvelles méthodes et aux innovations qui se créent et touchent son secteur d’activité. Il doit avoir constamment un désir d’apprendre et de développer ses compétences. D’ailleurs, il est essentiel qu’il maîtrise le commerce et le marketing, deux domaines sur lesquels repose son activité.

Le métier offre différentes possibilités d’évolution. Un business developer peut occuper le poste de directeur commercial, de chef de projet Innovation ou de responsable de partenariats. Il peut également devenir directeur de Business Development ou même directeur général d’une entreprise. Le salaire varie selon le poste et les années d’expérience :

  • Un business developer junior peut gagner 45 000 euros par an ;
  • Le montant de la rémunération se situe aux environs de 60 000 euros par an pour un profil confirmé. Il s’agit des professionnels qui ont entre 4 et 8 ans d’expérience ;
  • Il peut atteindre 90 000 euros par an pour les séniors, ayant plus de 8 ans d’expérience.

Enfin, il est tout aussi important pour un business developer d’avoir d’excellentes capacités d’analyse et d’anticipation. Il doit savoir organiser ses heures de travail. Ces qualités sont essentielles pour celui qui souhaite participer au développement de l’entreprise. Il doit être capable d’identifier les priorités et mettre de l’ordre dans les actions à réaliser.

 

 

    Noter cette page