Tout comme les salariés ordinaires, les indépendants peuvent aussi exercer leurs activités à l’étranger. Ils bénéficieront de plusieurs avantages en intégrant une société de portage. Par ailleurs, ils peuvent travailler soit en tant que détaché soit en tant qu’expatrié. Dans les deux cas, le salarié pourra bénéficier d’une sécurité sociale française. 

Actuellement, plusieurs professionnels travaillent et voyagent à travers le monde. Ils effectuent généralement des missions au profit de leur entreprise. Il est également possible d’exercer à l’étranger avec un statut de salarié porté. Les sociétés de portage offrent divers avantages sociaux et administratifs à leurs consultants. Ils disposent aussi de leur autonomie d’exercice. 

Le statut de salarié porté est idéal pour tous professionnels souhaitant développer leurs activités à l’étranger. Comment fonctionne l’accompagnement d’un salarié porté en mission à l’étranger ? Quels sont les avantages offerts par une société de portage ? Quelle entreprise choisir pour des prestations de services à l’international ? Quel contrat opter pour effectuer la mission ? 

Comment fonctionne le portage salarial à l’étranger ?

La fonctionnalité du portage salarial international et classique est identique. Dans les deux cas, c’est la société qui s’occupe de toutes les procédures administratives nécessaires. Elle aide à la négociation du contrat selon le pays concerné par la mission. Grâce à cela, le salarié pourra facilement discuter de sa rémunération avec ses clients. L’intervention de la société de portage assure entre-temps les relations entre les deux parties. Il faut noter que la recherche des missions est confiée aux salariés.

La société de portage offre des options de sécurité sociale à tous les salariés en mission à l’étranger. L’employé a le choix entre deux statuts avant son départ, notamment : la position d’un expatrié ou celui d’un détaché.

S’il souhaite effectuer sa mission en tant qu’expatrié, le salarié est obligé de souscrire aux couvertures sociales du pays de destination. En outre, il doit s’affilier à la Caisse des Français à l’Étranger ou CFE pour être également assuré en France. Cependant, un salarié détaché maintient sa couverture sociale française.

À qui sont destinées les missions à l’étranger ?

  • Les missions à l’étranger concernent différents profils, à savoir :
  • Les professionnels voulant effectuer un travail à l’étranger ;
  • Les consultants ambitieux ;
  • Les experts désireux d’accroître leur activité à l’étranger.

Le premier cas correspond aux missions de courte ou de longue durée. Alors, le salarié bénéficiera de la sécurité sociale française. Par ailleurs, s’il souhaite exercer de manière fixe à l’étranger, il a droit aux mêmes conditions de travail que dans l’Hexagone. La société de portage offre l’opportunité d’assurer en même temps la protection sociale de la famille du salarié.

Le deuxième cas concerne les professionnels songeant à accomplir des missions à l’étranger en même temps que ceux en local. Enfin, le développement des activités à l’international est faisable avec une société de portage. Le salarié a droit à la sécurité sociale française jusqu’à son retour dans le pays.

Quels sont les avantages du portage salarial pour une mission à l’étranger ?

La société de portage offre un accompagnement complet du début jusqu’à la fin de la mission du salarié. Elle se charge de la préparation administrative de l’employé porté pour faciliter son installation dans le pays concerné. En outre, la transparence et la simplicité de la société de portage font partie de ses avantages. Elle permet également d’éviter les lourdes dépenses qui pourront impacter à la rémunération du salarié.

Une société de portage offre à ses salariés en mission internationale une couverture sociale française. En effet, ce point fait la particularité du portage salarial. Peu importe le statut de l’employé, il a droit à la prévoyance, la couverture maladie, la cotisation retraite et chômage, etc.

Parmi les avantages en portage salarial figure aussi la facilité d’acquisition d’une exonération d’impôt. Par ailleurs, même à défaut de paiement de facture par les clients, un salarié porté perçoit toujours sa rémunération. En d’autres termes, la société de portage se charge de relancer les clients. En plus des salaires versés aux consultants, elle garantit un paiement minimum de la part de ces derniers.

Quelle entreprise choisir pour une mission à l’étranger ?

Le salarié a le choix entre une entreprise française ou une société à l’étranger. Cependant, avant de prendre une décision, il est important d’analyser les points suivants :

  • La sécurité sociale ;
  • L’accompagnement fiscal et administratif ;
  • Les divers frais de portage ;
  • La sécurité de la rémunération.

Pour la sécurité sociale, la société de portage française fait bénéficier un statut d’assurance sociale français à ses salariés. En effet, la proposition est encadrée par la loi. Au cas où le consultant opte pour une entreprise étrangère, il sera soumis aux formalités de sécurité sociale du pays.

Par ailleurs, les cotisations fiscales en société de portage étrangère sont moins chères que celles en France. Parmi les plus convoitées figurent le Luxembourg et l’Angleterre. Dans le Grand-Duché, le taux s’élève à 12,35 %, tandis qu’il est à 23 % dans l’Hexagone. En outre, les cotisations au Royaume-Uni ne franchissent pas les 12 %.

Les sociétés étrangères prennent constamment en compte les frais de gestion. Le portage salarial français ne l’applique qu’en cas de dépenses considérables. Peu importe la localité de l’entreprise, il est conseillé de privilégier les sociétés bien établies.

Quel contrat pour une mission à l’étranger ?

À l’instar des activités classiques, les missions internationales requièrent également un document d’accord de réalisation des prestations. Il concerne généralement la société de portage et son consultant. L’accord peut être un devis ou bien un contrat d’exécution des tâches, y compris le mode de facturation du salarié.

Le paiement depuis l’étranger doit en effet suivre les normes internationales. Le taux de TVA du pays d’exercice est communiqué dans la facture du salarié. Au cas où il exerce son travail en dehors de l’Union Européenne, la taxe est de 0 %. Sinon, l’entreprise de portage a l’obligation de procurer un numéro de TVA intracommunautaire pour que celle-ci soit à 0 %.

En portage salarial, les sociétés clientes facturent les prestations de services au nom de l’entreprise. Alors, si elle siège en France, la devise sera en euros. La société de portage est tenue de communiquer la facture à son salarié.

    Noter cette page