Le Portage Salarial

numéro non surtaxé

Nous contacter par téléphone

*numéro non surtaxé

Imprimer l'article

Les mini-jobs : une fausse bonne idée ?

Les « mini-jobs » (« Geringfügige Beschäftigung »), lancés en Allemagne en 2003, correspondent à un contrat de travail dont la rémunération est plafonnée à 450 euros par mois. Environ 2,5 millions de travailleurs allemands en sont titulaires.

Précarité ou souplesse ?

Alors que la mise en place sur le marché du travail français d’un dispositif similaire à celui imaginé par Peter Hartz est évoquée par le Medef, le système ne semble toujours pas avoir atteint son but initial : le retour à l’emploi des chômeurs de longue durée.

Flexibles et mal rémunérés, concernant exclusivement des emplois à faibles qualifications, les mini-jobs devaient constituer une étape permettant le retour à l’emploi des chômeurs. Dans les faits, il s’agit plutôt de rustines précaires.

Louis Gallois, rédacteur d’un rapport sur la compétitivité française en 2012, a récemment rejeté l’idée lors d’une intervention sur France Inter : « Il y a une dignité du travail, il doit être rémunéré. Moi je suis contre les mini-jobs ». « Payer des gens quatre euros de l’heure et dire ensuite, ce sera à l’Etat ou aux collectivité de faire le complément, ce n’est pas ce que je souhaite » a poursuivi l’ancien patron d’EADS.

Une menace pour les finances publiques

En Allemagne, l’employeur paie un montant forfaitaire de 25% à la Bundesknappschaft (12% pour l’assurance retraite, 11% pour l’assurance maladie et 2% d’impôts).

L’employé est totalement exonéré. Ne cotisant pas, il se condamne à une retraite dérisoire et oblige à long terme la solidarité nationale à prendre le relais. Ce type de contrat est donc également une menace pour les finances publiques.

Pour l’Organisation Internationale du Travail, ce système pourrait être une des causes structurelle, à long terme, d’une crise économique.

Adopter les mini-jobs en France reste encore loin d'être fait.

Laisser un commentaire