Pour exercer une activité professionnelle, le portage salarial et le CDI offrent la sécurité, entre autres avantages. Notamment pour bénéficier d’une couverture sociale, bon nombre de travailleurs privilégient l’un de ces statuts. Certains actifs cumulent même les deux. 

Le CDI 

Dominant en France, le contrat à durée indéterminée ou CDI a la particularité d’être conclu sans limitation de durée. Le salarié qui signe ce type de contrat avec un employeur accomplit des travaux pour le compte de ce dernier à temps plein ou à temps partiel. 

  • Les travailleurs apprécient le CDI, principalement pour la sécurité. Il leur garantit en effet un emploi sur le long terme, avec des revenus stables, ce qui leur permet d’envisager plus sereinement l’avenir et de réaliser des projets d’envergure comme une acquisition immobilière financée par un prêt bancaire ou la location d’un logement. 
  • De plus, le statut de salarié s’accompagne d’une couverture sociale complète : assurance chômage, prise en charge des dépenses médicales, mutuelle, retraite, congés payés, droit à la formation. 
  • Quant aux entreprises, le CDI leur assure une collaboration pérenne avec l’employé et un délai de préavis en cas de démission. 

Cependant, le CDI n’est pas totalement dépourvu d’inconvénients. 

  • D’une part, il existe un lien de subordination qui place le salarié sous l’autorité de l’employeur et le contraint à se plier à ses règles et instructions pour l’accomplissement de ses tâches : horaires, délais d’exécution, méthodes, outils, etc. 
  • D’autre part, l’évolution professionnelle est lente, tout comme les augmentations salariales. 
  • Pour l’entreprise, les inconvénients du CDI sont les procédures complexes, le poids des salaires en cas de baisse ou d’arrêt de l’activité, etc. 

Le portage salarial 

Pour échapper à ces contraintes, certains privilégient les formes d’emploi indépendantes qui leur laissent une totale liberté. Si la mise en place du statut d’auto-entrepreneur a accéléré le basculement des actifs en France vers le freelancing, beaucoup sont freinés par la crainte de la précarité. Le portage salarial apparaît comme le meilleur compromis pour rester libre tout en gardant une certaine sécurité. Cette forme d’emploi combine en effet les avantages du salariat et de l’indépendance.  

  • Le consultant est assimilé à un salarié de la société de portage salarial, mais sans lien de subordination. 
  • Il prospecte lui-même, choisit les clients avec qui il veut travailler et les projets qui l’intéressent, et négocie les termes de chaque mission directement avec l’entreprise cliente concernant le contenu, le calendrier, le tarif, le lieu d’exercice le cas échéant. 
  • En organisant son emploi du temps comme il le souhaite, il est en mesure de mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle. 
  • La société de portage établit les différents contrats, s’occupe de l’intégralité des démarches administratives et rémunère ses salariés portés avec fiches de paie à l’appui. 
  • Elle accompagne également ses collaborateurs dans le développement de leur activité, au travers d’ateliers de formation, d’événements favorisant les échanges entre consultants et avec des experts, etc. 
  • Grâce au contrat de travail conclu avec la société de portage salarial, le freelance est éligible à une protection sociale identique à celle d’un salarié : assurance maladie, complémentaire santé collective, cotisations à la retraite assurance chômage, droit à la formation et aux congés payés…  
  • Le portage salarial représente donc un excellent moyen de se lancer dans l’entrepreneuriat avec un investissement et un risque moindre. 
  • Enfin, il permet de progresser dans son métier ou d’en découvrir un autre plus rapidement qu’en travaillant de nombreuses années au sein de la même entreprise. 

Le recours au portage salarial est cependant soumis à conditions : 

  • Le salarié porté doit justifier d’une qualification professionnelle de niveau III (Bac +2) au minimum ou d’une expérience professionnelle de 3 ans dans le domaine ciblé. Ces exigences visent à contrôler son aptitude à offrir les prestations de qualité attendues par les clients. 
  • Un CDI de portage salarial ne peut dépasser 36 mois, et 18 mois pour le CDD. 

Est-ce possible de cumuler CDI et portage salarial ? 

Pour tester une activité indépendante tout en conservant le statut de salarié, qui offre une meilleure sécurité, de nombreux actifs se tournent vers le portage salarial pour réaliser des missions tout en poursuivant leur activité en CDI. Le cumul des deux présente divers avantages : 

  • valoriser son expertise,  
  • diversifier son expérience professionnelle, 
  • approfondir ses compétences, 
  • accéder à de nouvelles opportunités professionnelles. 

En conséquence, le cumul du portage salarial avec une activité salariée en CDI s’adresse à deux types de profils : 

  • les salariés du secteur privé ou public désireux de découvrir le portage salarial pour travailler en freelance sans renoncer définitivement à leur poste en entreprise, 
  • les indépendants qui travaillent déjà en portage salarial et veulent poursuivre dans cette voie, mais qu’une entreprise envisage de recruter sous un contrat de travail classique. 

Le cumul d’une activité salariée classique sous CDI et de missions en portage salarial est possible à condition de respecter certaines conditions : 

  • La durée légale du travail journalier (10 heures), hebdomadaire (48 heures). Le volume horaire de travail global sur 12 semaines consécutives doit être inférieur à 44 heures. Un repos minimum de 11 heures consécutives par jour et 35 heures consécutives par semaine est requis. 
  • L’obligation de loyauté : pour éviter la concurrence entre l’activité secondaire et l’activité principale pour une personne qui cumule les emplois, il est indispensable de distinguer l’activité principale, qui génère la plus grosse partie de ses revenus ou qui représente au moins 1 200 heures de son temps de travail annuel. 
  • La clause de non concurrence protège l’entreprise interdisant au salarié de la quitter au profit d’un concurrent. Une telle disposition doit venir avec une limitation temporelle et géographique, donner lieu à une compensation financière et être justifiée par les intérêts de l’entreprise. Elle doit prendre en compte les particularités du poste et ne doit pas affecter de manière excessive les chances de l’employé de retrouver un emploi. 
  • La clause d’exclusivité qui protège l’employeur en empêchant le salarié d’exercer une autre activité professionnelle pendant la durée de son contrat, sous réserve que les intérêts de l’entreprise le justifient. 

Le cumul d’un emploi en CDI et d’une activité en tant que salarié porté est soumis à restrictions pour les fonctionnaires, qui sont censés ne pas avoir de double activité. Néanmoins, l’article 20 de la loi du 3 janvier 2001 accorde une dérogation aux agents en temps partiel (moins de 50 % de l’horaire de base). 

Une fois qu’il a décroché une mission en parallèle de son CDI, le consultant en freelance doit vérifier son éligibilité au portage salarial et approcher une société de portage pour mettre la convention en place. Pour cela, celle-ci établit un contrat de travail qui la lie au travailleur et un contrat de prestation qui la lie à l’entreprise cliente en reprenant les conditions et modalités convenues entre cette dernière et le consultant. 

 

    Noter cette page