NFT et cryptomonnaie : des failles de sécurité subsistent

Les monnaies virtuelles et les actifs numériques sont en train de s’imposer progressivement sur le marché financier et dans l’économie en général. Cependant, le scepticisme qui règne autour de ces nouvelles valeurs n’a toujours pas disparu, la faute à des failles de sécurité encore constatées ici et là. Même la technologie NFT censée offrir un certificat d’authenticité infalsifiable reste vulnérable.

Une vulnérabilité qui coûte des millions

En parlant de la technologie NFT justement, la dernière actualité la concernant ne va pas rassurer les investisseurs. En effet,

Sur la plateforme Opensea, des pirates informatiques ont détecté une faille de sécurité où ils se sont vite engouffrés pour dérober des NFT (tokens non fongibles).

À proprement parler, les cybercriminels n’ont pas vraiment volé les tokens en question, mais à cause de la faille de sécurité, ils ont pu accéder à des certificats qui se vendent habituellement bien en deçà de leur valeur marchande.

Bien entendu, les malfaiteurs ont pu réaliser une importante plus-value à la revente. Pour cela, ils sont passés par la plateforme Tornado Cash où ils ont pu obtenir, par exemple, 196 000 dollars pour la cession d’un NFT qui leur a coûté seulement 1 800 dollars.

Selon les informations communiquées, la valeur réelle des NFT tombés entre les mains des pirates informatiques s’élève à 13 millions de dollars.

Pas si infalsifiable que cela

Le NFT est l’équivalent du titre de propriété dans l’univers du numérique. En principe, il garantit le caractère unique d’une œuvre ou d’une propriété et devrait, en cette qualité, être infalsifiable.

Néanmoins, la réalité est encore tout autre. Toujours sur la plateforme Opensea, le « plagiat » est monnaie courante.

Selon de récentes révélations, quatre œuvres sur cinq exposées sur la plateforme seraient des copies illégales.

Ce qui a amené la plateforme à prendre des mesures drastiques et à imposer une limite sur le nombre de collections pouvant être générées par un créateur, à savoir 5 collections.

Et pour chaque collection, le nombre de NFT ne devra pas dépasser les 50.

Une opportunité pour les experts IT

Alors qu’il représente le futur, le monde du numérique, du metaverse, des cryptomonnaies et des NFT demeure confronté à quelques « faiblesses » nécessitant le savoir-faire des experts en cybersécurité.

Il s’agit ainsi d’une aubaine pour ceux qui cherchent un emploi dans le domaine de l’IT. En effet, le marché reste largement ouvert, plus particulièrement en France.

De plus, exercer le métier de consultant en cybersécurité est désormais plus sécurisant, grâce à des dispositifs tels que le portage salarial.

Le consultant en cybersécurité peut proposer ses services à l’entreprise de son choix, dans l’Hexagone ou à l’étranger, et ce, même s’il est en contrat avec une société de portage salarial à Paris.

En choisissant de devenir un salarié porté, il continuera à jouir d’une totale liberté dans la gestion de son activité tout en bénéficiant du cadre sécurisant du salariat.

Noter cette page