Pour se lancer en tant qu’entrepreneur, la création de la structure est une étape cruciale. En effet, il existe de nombreux obstacles avant de pouvoir travailler à son compte. Pour les plus créatifs, il est courant de lancer une entreprise à partir d’une idée innovante. Cependant, il est également possible de reprendre un établissement déjà existant.

Les raisons qui poussent un travailleur à créer son entreprise varient d’un individu à un autre. Cela peut découler d’une passion ou d’une nécessité. En effet, bon nombre de chômeurs, lassés de leur situation professionnelle préfèrent se lancer en tant qu’indépendant. Aussi, certains retraités préfèrent opter pour cette solution afin de rester en activité.

Plusieurs étapes sont à suivre, de l’idée jusqu’au démarrage du projet. Toutefois, il existe des professionnels habilités qui peuvent accompagner les entrepreneurs. D’ailleurs, y faire appel est conseillé afin de réduire les erreurs dites de débutant. Surtout qu’il a été constaté que 50 % des nouvelles entreprises ferment au bout de 5 ans.

Pourquoi créer son entreprise ?

Il existe de multiples raisons qui peuvent donner envie à un indépendant de créer son entreprise. En premier lieu, la liberté et l’autonomie que cette situation offre séduit les travailleurs. En effet, en étant à leur propre compte, toutes les décisions et ainsi que l’organisation du travail dépendent d’eux. Ne plus avoir de supérieur hiérarchique est également attractif, tout comme la possibilité d’augmenter ses revenus.

Les raisons de la création de l’entreprise sont déterminantes. Celles qui découlent d’une situation de nécessité sont généralement moins porteuses par rapport à celles motivées par une passion.

L’entrepreneuriat est effectivement une alternative pour ceux qui ne peuvent pas être salariés pour diverses raisons. Cela peut être une incapacité physique, le départ à la retraite ou encore le manque d’activité professionnelle.

Qu’importe la motivation, il faut toutefois être conscient qu’un tel investissement nécessite des connaissances et conditions spécifiques pour réussir.

Quelles sont les étapes pour créer son entreprise ?

Afin de créer une entreprise, avoir une idée intéressante et viable est une condition sine qua non. Elle peut être inspirée de l’expérience professionnelle du futur entrepreneur ou d’une nouvelle tendance. Évaluer sa faisabilité et les moyens nécessaires à sa mise en œuvre sont des phases indispensables.

Pour l’apprécier objectivement, il faut tester la vision à partir du plan d’actions établi. En effet, le business plan est essentiel en entrepreneuriat. Par ailleurs, il est possible de reprendre une activité qui est déjà sur le marché et de la continuer.

Ensuite, il faut se focaliser sur les financements. Il existe différents moyens pour y parvenir :

  • Le financement interne, formé par les apports personnels de l’entrepreneur et de ses associés ;
  • Le financement bancaire ;
  • Les aides allouées par l’État ;
  • Le financement externe, qui peut être du crowdfunding ou du love money.

Quel statut juridique pour créer son entreprise ?

Le choix du statut juridique est crucial en création d’entreprise. Il détermine les régimes fiscaux et sociaux à adopter ainsi que les démarches à suivre. Quelques critères sont à considérer pour prendre la bonne décision. Il faut notamment considérer l’ampleur du projet, du patrimoine et de l’investissement financier. Le nombre d’acteurs aussi est important.

Dans le cas où la nouvelle entreprise comprendrait plus d’un individu, il faut opter pour les régimes de société. La société anonyme (SA), la société par actions simplifiée (SAS) et la société à responsabilité limitée (SARL) sont les formes disponibles.

Quant aux entreprises unipersonnelles, il est possible d’opter pour l’entreprise individuelle ou individuelle à responsabilité limitée. L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée est également disponible.

Chaque statut a sa particularité et ses avantages, selon la situation de l’entrepreneur.

Quel financement pour créer son entreprise ?

Il existe différents types d’aides auxquelles l’entrepreneur peut prétendre au premier lancement de ses activités. Les principales sont le Nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise (NACRE) et les aides pour les femmes. Ce premier dispositif accompagne l’indépendant dès le montage de son projet. À terme, il pourra bénéficier d’un prêt à taux zéro. Concernant l’appui aux femmes entrepreneurs, le but est de réduire la distinction des genres dans le domaine. Des prêts ou des garanties avantageuses leur sont octroyés pour ce faire.

Les chômeurs aussi peuvent profiter d’un financement pour la création d’une entreprise. Il s’agit notamment de l’ARCE et de l’ACRE en plus du maintien de l’ARE.

Une forme de subvention spécifique est également accordée aux handicapés. Cela leur permet de créer leur entreprise s’ils sont dans une situation de chômage.

Enfin, il faut se renseigner sur les aides régionales ou européennes ainsi que les structures et associations qui aident les jeunes entrepreneurs.

Quelques conseils pour créer son entreprise

Pour monter un projet qui correspond à l’entrepreneur, réaliser une auto-évaluation est nécessaire. En effet, il est utile de peser les forces et les faiblesses du projet et du fondateur de la société. En parler autour de soi peut alors être utile pour récolter les avis de son entourage. Cela permet d’avoir des avis et des critiques constructives.

Concernant la réalisation, effectuer une étude approfondie est requis, particulièrement sur le côté financier. En effet, les débuts d’une entreprise nécessitent un investissement. Aucun revenu n’est généralement perçu la première année.

La participation aux divers concours d’entrepreneurs est également conseillée. Il s’agit d’une excellente manière de se faire connaître.

Il est aussi intéressant de demander l’accompagnement d’experts et d’organismes. Ils sont les mieux placés pour orienter l’entrepreneur dans les démarches à suivre. Surtout, il faut savoir prendre les décisions et persévérer malgré les obstacles.

Créer son entreprise ou portage salarial ?

Exercer en indépendant est possible en portage salarial. L’entreprise en question s’occupera de certaines tâches obligatoires, principalement sur le côté administratif, juridique et comptable. Il s’agit alors d’une alternative intéressante pour tester un projet. En effet, allégé de certaines démarches fastidieuses, le travailleur a plus de temps à consacrer à son cœur de métier.

Cependant, il est à noter qu’en tant que salarié porté, une limite d’heures travaillées est à respecter. Même si l’indépendant est autonome, il est soumis à certaines obligations relatives au Code du travail.

De plus, le portage salarial est principalement destiné aux prestations de service. Pour les autres domaines d’activité, il est nécessaire de créer son entreprise. Aussi, les commissions que la société de portage déduit du revenu sont à considérer. En effet, celle-ci retient un certain pourcentage en échange du service et de l’accompagnement qu’elle fournit.