L’auto-entrepreneur est le moyen le plus simple de créer son entreprise et de lancer son activité en freelance, alors que le portage salarial permet de devenir consultant indépendant avec la sécurité du salarié (CDD ou CDI) et sans contraintes administratives ou comptables.

Portage salarial ou auto-entrepreneur : comment choisir ?

Vous êtes consultant indépendant, freelance ou vous souhaitez vous lancer dans la création d’entreprise. Vous vous demandez quel est le meilleur statut à adopter : portage salarial ou auto entrepreneur ? Voici une synthèse des avantages de chaque formule pour vous aider dans votre choix.

Dans cette interview croisée réalisée par l’émission « Expertises », Radhia Amirat (Directrice générale adjointe d’ITG) et Charles Alexandre (président du site Auto-Entrepreneur.fr), nous expliquent quels sont les avantages de ces deux statuts pour un indépendant et comment bien choisir entre Autoentrepreneur et portage salarial en fonction de sa situation.

portage salarial ou auto-entrepreneur
Auto entrepreneur ou portage salarial ? Comparatif des statuts Comparaison des avantages du statut d'autoentrepreneur et du statut portage salarial. Quel statut pour devenir consultant indépendant, freelance ?

Avant 33 200€ de chiffre d’affaires : pour tester une activité, comparaison des avantages du portage salarial et de l'auto-entrepreneur

L’autoentrepreneur est un régime juridique bâti comme un tremplin pour la création d’activité. La législation impose donc une limite restrictive de chiffre d’affaires pour bénéficier de ce statut. Depuis le 1er janvier 2018 on distingue deux types de plafonds de Chiffre d’Affaires pour l’autoentreprise :
  • le premier est appelé « plafond de franchise de TVA » et il est fixé à 33 200€ pour la prestation de services. Il s’agit du montant de Chiffre d’Affaires en-dessous duquel l’autoentrepreneur reste en franchise de TVA (c’est-à-dire qu’il n’en paye pas et n’en facture pas = tout est en HT).
  • Le second est appelé « plafond du statut auto entrepreneur«  et est fixé à 70 000€ pour la prestation de services. Il s’agit du montant de Chiffre d’Affaires maximum qu’un auto entrepreneur peut réaliser sur une année pour rester dans ce régime. Il payera cependant la TVA entre 33 200€ et 70 000€ donc la deuxième tranche sera moins intéressante que la première.

 

Le portage salarial, tel que défini par le Code du travail, est un statut qui permet d’exercer une activité professionnelle salariée en bénéficiant des avantages du statut salarié. Dans le même temps, il permet au porté de conserver son autonomie de travail et garantit les droits du porté sur son apport de clientèle.

Avant le plafond, les avantages des deux statuts doivent être comparés pour choisir le régime le plus adapté :

Statut juridique
Portage Salarial :
Salarié d’une entreprise. Bénéficie de tous les avantages afférents.
Auto Entrepreneur :
Entrepreneur individuel. Bénéficie du régime social des indépendants (moins avantageux).
Depuis le 1er janvier 2015, l'auto-entrepreneur doit dédier un compte bancaire à l'exercice de l'ensemble des transactions financières liées à son activité professionnelle (Art.L133-6-8-4 du Code du Travail).
Maintien des allocations chômage
Portage Salarial :
Possible cumul avec l’indemnisation chômage. En savoir plus
Auto Entrepreneur :
Possible maintien de l’indemnisation chômage mais sous des conditions plus restrictives.
Tenue d’une comptabilité
Portage Salarial :
Comptabilité prise en charge par la société de portage salarial.
Auto Entrepreneur :
Comptabilité à réaliser par l’auto-entrepreneur ou recours payant à un expert-comptable.
Accompagnement dans son activité
Portage Salarial :
Accompagnement complet assuré par la société de portage salarial :
  • > Bénéfice des outils marketing de la société de portage
  • > Bénéfice du réseau consultants et du référencement client de la société de portage
  • > Bénéfice de l’assurance responsabilité professionnelle
  • > Bénéfice du service de recouvrement des impayés.
Auto Entrepreneur :
Aucun accompagnement garanti par le statut.
Les outils de promotion, de réseau, d’assurance responsabilité professionnelle et la création de réseaux sont à la charge de l’auto entrepreneur.
La responsabilité professionnelle de l’auto entrepreneur peut avoir un impact négatif sur son patrimoine personnel.
Droit à la formation
Portage Salarial :
Ouverture des droits à la formation par le biais de la société de portage.
Auto Entrepreneur :
Pas de bénéfice du droit à la formation.
Pour bénéficier du droit à la formation professionnelle continue, l'auto-entrepreneur doit verser en février chaque année une contribution à la formation professionnelle (CFP).
Relation avec les clients
Portage Salarial :
Une fois la mission trouvée, c'est la société de portage qui facturera le client du porté et lui reverse un salaire chaque mois sur la base conventionnelle et d'un complément en fonction des honoraires perçus. Salaire versé dés le 1er mois travaillé sans lien avec le délai de paiement client.
La facture est éditée au nom de la société de portage mais le porté garde l’autonomie dans la gestion de la relation client.
Auto Entrepreneur :
Démarchage individuel du client, facturation au nom de l’auto entrepreneur de ses prestations. Il fait l'avance de trésorerie et est donc dépendant du délai de paiement de son client pour toucher ses honoraires.
Rémunération de l’activité
Portage Salarial :
Versement d’un salaire.
Auto Entrepreneur :
Perception du chiffre d’affaires après paiement des charges sociales et des achats (charges non déductibles).

Après 33 200 euros : pour une activité plus établie, avantage au portage salarial

Auto-entrepreneur : un seuil rapidement atteint

L’inconvénient majeur du régime de l’auto entrepreneur réside dans la limite imposée à son chiffre d’affaires. Si le seuil est dépassé l’auto-entrepreneur sort du régime fiscal de la micro-entreprise dès le 1er jour du mois de dépassement de ces seuils. Ses revenus sont alors imposés selon un régime réel d’imposition et l’entreprise sera soumise au régime de la TVA.

Le régime microsocial s’appliquera jusqu’au 31 décembre de l’année en cours, puis les cotisations sociales seront calculées à partir du 1er janvier suivant selon les règles de droit commun du régime des travailleurs non-salariés. En définitive, le choix du statut auto entrepreneur n’a d’intérêt que si l’entrepreneur est certain de ne pas dépasser les plafonds en cours d’année.

Le portage salarial permet le développement de votre activité et sa crédibilité commerciale

Avec le régime de l’auto entrepreneur, vous pouvez tester une activité, une idée. En revanche, démarcher des clients importants, contacter une entreprise de taille intermédiaire (ETI) suppose de la crédibilité commerciale qui passe notamment :

  • par des outils de promotion adéquats (site, plaquette, cartes de visite, etc…)
  • par des dépenses en matériel informatique, de prospection, de formation

Or, ces outils ne peuvent être déduits comme charges dans votre activité d’auto entrepreneur et vous ne pouvez pas récupérer la TVA relative à ces charges essentielles.
De plus, l’auto-entrepreneur doit organiser sa comptabilité seul. Pourtant quand le chiffre d’affaires dépasse le plafond, il devient impératif de mettre en place une comptabilité organisée et de recouvrement adaptés.

Par ailleurs, la crédibilité commerciale de l’auto-entrepreneur l’empêche de fixer des tarifs conséquents pour ses prestations. Un auto-entrepreneur est toujours vu comme un prestataire « inférieur » à une entreprise de conseil établie depuis des années.

Finalement, la société de portage sera plus facilement référencée par une société d’une taille intermédiaire ou plus importante qu’un auto entrepreneur.

Le Portage salarial, un cadre sécurisé pour une activité autonome établie

  • Frais de gestion et charges sociales :

Dans le portage salarial, les frais de gestions appliqués et les charges sociales ne dépendent pas d’un seuil fixe, ils sont fixés en fonction de l’activité commerciale du porté.
A contrario, en régime d’auto entrepreneur quand le seuil est dépassé, l’auto entrepreneur perd le bénéfice du taux favorable de 21,30% appliqué par l’URSSAF.

  • Retraite et portage salarial :

Avec le portage salarial, le consultant est considéré comme un salarié à part entière. Le portage salarial entraîne l’application des règles du droit commun en matière de retraite. A ce titre, l’accomplissement de missions de portage donne lieu au paiement de cotisations et validation de trimestres pour acquérir des droits à la retraite. L’ensemble des formalités pour percevoir sa pension de retraite est à la charge de la société de portage : l’affiliation/adhésion aux caisses de retraite et le paiement des cotisations de retraite.
Le porté peut même cumuler son statut de porté avec la perception de sa pension de retraite (en savoir plus).

Avec le régime de l’auto-entrepreneur, vous êtes soumis au régime social des indépendants. Vous validez donc des trimestres de retraite sous condition de chiffre d’affaires. Vous ouvrez des droits à une pension en fonction du niveau de vos cotisations.

Activités de prestations de services
Validation d'1 trimestre :CA > ou = à 3 688 €
Validation de 2 trimestres :CA > ou = à 7 376€
Validation de 3 trimestres :CA > ou = à 11 064€
Validation de 4 trimestres :CA > ou = à 14 752€
  • Cumul auto-entrepreneur et portage salarial :

Rien n’empêche un auto entrepreneur de conserver ce statut alors qu’il devient également porté. Il peut accepter de nouvelles missions en portage salarial sans remettre en cause les avantages du régime de l’auto entrepreneur précédemment expliqués. L’auto-entrepreneur peut ainsi commencer à facturer ses clients les plus importants en portage et maintenir le reste de son activité en auto-entrepreneur.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (25 votes, moyenne: 4,60)