Le Portage Salarial

numéro non surtaxé

Nous contacter par téléphone

*numéro non surtaxé

Imprimer l'article

Quelles sont les compétences les plus recherchées dans le digital en 2017 ?

Le digital est incontournable en 2017 ; de fait, les profils IT sont toujours plus prisés. Face à une demande toujours plus importante et à des profils de plus en plus nombreux, la tendance est à la spécialisation.
Urban Linker, cabinet de recrutement, a récemment mené une étude à partir de 400 profils en Ile-de-France, qui permet d’en savoir plus sur le sujet. Voici un tour d’horizon des compétences les plus recherchées par les entreprises actuellement.

Profils les plus recherchés dans le digital en 2017

Growth Hacker, l’allié des start-ups

Un growth hacker utilise des techniques marketing pour développer la croissance d’une entreprise. Il travaille plus particulièrement avec les start-ups. Les growth hackers les plus prisés disposent de compétences techniques leur permettant de réaliser un chiffre d’affaires plus important.
Un profil junior gagne entre 35k et 45k. A partir de 5 ans d’expérience, le salaire peut monter jusqu’à 60k.

Responsable acquisition, qui travaille avec les grands groupes

Le responsable acquisition travaille avec les grandes entreprises. Il fait appel à des techniques webmarketing pour développer les canaux d’acquisition de son entreprise. A l’image du Growth Hacker, plus le responsable acquisition est spécialisé, plus ses compétences techniques sont importantes dans un domaine spécifique, mieux il est payé.
Un profil junior gagne entre 38k et 50k, 50k à 60k pour 4 à 8 ans d’expérience, et jusqu’à 70k au-delà.

Product owner, profil multi-compétences

Le product owner est en charge de concevoir un produit ou un service. Il mobilise pour cela les pôles développement, design, marketing… Son poste implique d’avoir des compétences dans tous ces domaines.
C’est un profil très prisé par les entreprises de 30 à 40 personnes, qui nécessite un minimum d’expérience. Les profils juniors gagnent entre 38k et 48k par an. Le salaire peut monter jusqu’à 65k pour les profils ayant au moins 5 ans d’expérience.

Country manager, pour les entreprises internationales

Le country manager a pour mission de diriger l’activité d’une entreprise dans un pays, il travaille donc dans des groupes à dimension internationale. Lorsqu’une entreprise se lance à l’étranger, il lui apporte son expertise marketing et commerciale pour réussir son implantation. Une fois l’activité lancée dans le pays, il la pilote et a d’importantes responsabilités.
Un profil ayant 3 à 5 ans d’expérience gagnera entre 45k et 60k, jusqu’à 90k pour 5 à 8 ans d’expérience. Le salaire peut monter au-delà de 100k pour un profil ayant plus de 8 ans d’expérience.

Business developper, pour trouver de nouveaux clients

L’objectif du business developper est de favoriser le développement commercial d’une entreprise et de faire augmenter son chiffre d’affaires en trouvant de nouveaux clients et / ou de nouveaux marchés.
Là-encore, c’est la spécialisation qui permet d’accéder aux meilleures rémunération. Un profil technique, spécialisé par exemple dans le développement d’applications, sera mieux rémunéré qu’un généraliste.
Un business developper junior aura un salaire compris entre 30 et 45k. Pour une expérience de 4 à 8 ans, il sera de 45 à 60k. Enfin, au-delà, il pourra aller jusqu’à 90k.

Retrouvez plus d’informations sur ces différents profils et l’étude d’Urban Linker sur Les Echos : Les 5 profils les plus disputés et les mieux payés du digital

Le portage salarial, solution alternative pour les experts du digital

Vous exercez l’un des métiers cités ci-dessus ou êtes Chief Data Officer, Data Scientist, Content Manager, ou toute autre expertise dans le digital ? Une solution séduit de plus en plus de profils IT : le portage salarial.

Cette formule vous permet de travailler en freelance tout en conservant les avantages du salariat. Elle s’adresse à des profils experts capables de trouver des clients en autonomie, sans plafond de chiffre d’affaires.
C’est la solution idéale pour vous concentrer sur vos missions et le développement de votre activité : au contraire d’un indépendant classique, le portage vous évite d’avoir à gérer les parties administratives, juridiques, fiscales et comptables de votre activité. Celles-ci sont prises en charge par la société de portage qui vous salarie.
Enfin, grâce au portage, vous êtes libres dans vos choix d’outils et dans les conseils que vous donnez à vos clients, vous pouvez ainsi plus facilement créer une relation de confiance avec eux.

Vous aimeriez en savoir plus sur le portage salarial ? Notre conseillère est à votre disposition :

Véronique Houdebert : conseillère informatique ITG

Laisser un commentaire