Printer Friendly and PDF

Se mettre à son compte : quel statut pour devenir freelance ?

se mettre à son comptePour beaucoup de professionnels, le choix de se mettre à son compte et devenir son propre patron sont des objectifs profonds. Ainsi, en France, plus de 700 000 personnes ont décidé de travailler en freelance*.

D’autres n’ont pas encore franchi le pas et se demandent quel est le statut le plus avantageux pour se mettre à son compte et devenir freelance. Voici des éléments de réponse.

  Demandez un rendez-vous personnalisé  

Le portage salarial : les avantages du statut d’indépendant avec la sécurité du salarié

Le portage salarial est un bon compromis entre la sécurité du salarié et la liberté de l’entrepreneur. Véritable alternative pour se mettre à son compte, le portage salarial offre différents avantages.

Statut de salarié

Le consultant en portage salarial a le statut de salarié et bénéficie de tous les avantages associés en matière de retraite, de couverture sociale ou encore de formation professionnelle. Le portage salarial permet d’être payé dès le 1er mois d’activité, à condition d’avoir des missions.

Société de portage

La société de portage est en appui du salarié porté. Elle s’occupe à sa place de la facturation et de l’administratif, en échange d’un pourcentage (10%) sur le chiffre d’affaires. En cas de problème entre le consultant et un client, la société de portage gère la situation à sa place.

Tester son activité

Devenir freelance en portage salarial est un moyen efficace de tester son activité avant de se lancer dans une création d’entreprise classique. Le consultant en portage salarial peut ensuite transformer son activité en entreprise s’il le souhaite.

Développement du réseau

En matière de réseau, la société de portage salarial permet une mise en relation avec des professionnels à travers des formations ou des clubs professionnels. C’est un bon moyen de développer son réseau et de rencontrer des partenaires potentiels.

Pour en savoir plus, consultez notre page : Définition du portage salarial

Se mettre à son compte via la création d’entreprise

Pour créer votre entreprise, plusieurs statuts sont à votre disposition. Trouver la meilleure formule pour entreprendre nécessite de se poser plusieurs questions :

  • Vais-je créer mon entreprise seul ou avec d’autres personnes ?
  • Quels risques suis-je prêt à prendre ?
  • Suis-je prêt à risquer mon patrimoine personnel ?

En fonction de vos choix, différents statuts existent. Voici les 3 principaux.

Entreprise individuelle

Le propriétaire d’une entreprise individuelle est une personne physique, responsable sur ses biens propres. Ce statut concerne différents secteurs d’activité : artisanat, industrie, professions libérales et commerce.

SARL (Société à Responsablilité Limitée) et EURL

Une SARL est créée par 2 personnes au minimum, dont l’une d’elles est le gérant. Les créateurs de la SARL sont responsables des dettes de l’entreprise à la hauteur de leurs investissements. Ce statut concerne différents secteurs d’activité : artisanat, industrie, commerce et professions libérales (exceptions : juridique, judiciaire, santé, excepté les pharmaciens).

L’EURL est soumise aux règles de la SARL : l’entrepreneur est responsable des dettes de l’entreprise à la hauteur de son investissement. Ce type d’entreprise compte un seul et unique associé. Ce statut concerne différents secteurs d’activité : artisanat, industrie, commerce et professions libérales (exceptions : juridique, judiciaire, santé, excepté les pharmaciens).

Pour aller plus loin et découvrir l’ensemble des statuts existants pour se mettre à son compte et créer son entreprise, consultez notre page : Créer son entreprise, quel statut pour bien démarrer ?

Devenir freelance en auto-entrepreneur

Pour se mettre à son compte, devenir auto-entrepreneur est une des solutions possibles. Il s’agit d’un tremplin vers l’entrepreneuriat, qui séduit par sa simplicité : la création d’entreprise et la comptabilité sont simplifiées. De même, l’auto-entrepreneur paye des impôts et des charges sociales uniquement sur le chiffre d’affaires encaissé.

Pour autant, cette nouvelle forme d’emploi a ses limites. L’auto-entrepreneur doit composer avec une limite de 32 900 euros de chiffre d’affaires pour les prestations de services et dépend du régime social des indépendants, moins avantageux. De plus, l’auto-entrepreneur n’a pas de soutien (de la société de portage) pour réaliser sa comptabilité, bénéficier de formation ou encore faciliter le développement de son entreprise. Enfin, l’auto-entrepreneur a l’obligation d’avoir un compte bancaire dédié à son activité pour établir des transactions financières.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre page : Autoentrepreneur ou portage salarial ?

  Demandez un rendez-vous personnalisé  


http://www.leportagesalarial.com/devenir-freelance-avantages-contraintes/