Le Portage Salarial
Printer Friendly and PDF

Comment gérer les revenus irréguliers lorsqu'on est freelance ?

Contrairement au salarié, l’indépendant n’a pas de salaire fixe : sa rémunération est conditionnée par le montant de son chiffre d’affaires. A moins d’avoir été habitué à percevoir un salaire minimum garanti complété de commissions comme c’est le cas de beaucoup de commerciaux, le fait de devenir indépendant implique de se préparer à avoir des rentrées financières irrégulières.

Voici quelques conseils pratiques pour gérer au mieux votre situation financière.

Anticipez les dépenses prévisibles

Des revenus irréguliers nécessitent avant tout une gestion basée sur l’anticipation.

Anticipez vos dépenses, qu’elles soient professionnelles (téléphone, fournitures, informatique, etc) ou personnelles (loyer, factures, dépenses de la vie courante, frais des enfants, etc).

Dissociez bien les 2 et organisez-vous pour ne pas avoir à faire « payer » votre vie de freelance à votre famille.

Mettez systématiquement et régulièrement de côté

Dans la continuité de l’anticipation, pensez à mettre de l’argent de côté afin d’avoir ce qu’il faut pour vivre et pour travailler.

Calculez l’argent que vous mettez de côté en fonction de la date de votre prochaine mission, afin de ne jamais être dans le rouge. Idéalement, ayez de quoi subvenir à vos besoins pendant trois mois sans rentrées d’argent.

Au démarrage de votre activité, c’est l’argent dont vous avez besoin pour vous lancer. En cours d'activité, c’est la conduite indispensable à tenir après chaque rentrée d’argent.

La gestion de votre trésorerie est pour vous une priorité. Elle est la cause de 2 cessations d'activité sur 3 dans les 2 premières années de démarrage.

Négociez avec vos créanciers

Si vous savez que votre prochaine rentrée est prévue dans deux mois, négociez avec votre client pour avoir une avance, ou avec votre banquier pour avoir une autorisation de découvert ou une avance sur trésorerie, par exemple. En procédant ainsi, vous évitez d’avoir à rajouter des dépenses (agios, frais de découvert, etc).
 
N’oubliez pas les différentes cotisations dûes à des organismes divers et variés (URSSAF, Cipav, etc). Ces cotisations sont fréquemment calculées sur vos revenus antérieurs et parfois mensualisées voire forfaitaires. Elles ne tiennent pas toujours compte de l’année en cours et de revenus aléatoires et irréguliers.

En cas de forte variation de vos revenus, négociez au plus vite avec chacun de ces organismes pour lisser ce que vous leur devez. N’attendez pas qu’il soit trop tard pour le faire.

Économisez sur vos dépenses

Lorsque vous vous mettez à votre compte après avoir été salarié, vous avez parfois pris des habitudes qui peuvent coûter cher.

Posez-vous régulièrement les bonnes questions sur vos dépenses :

  • Vos charges fixes sont-elles adaptées à votre nouveau métier ?
  • Y-a-t-il du superflu dans votre équipement ?
  • Est-il nécessaire que vous ayez autant de contrats ?
  • Avez-vous besoin de ces abonnements ?

Lorsque votre activité varie, c’est le bon moment pour faire le tri dans vos dépenses : calculez toujours vos charges au plus juste et réduisez ce qui peut l’être.

En conclusion

Tous les entrepreneurs vous le diront : la trésorerie est vitale pour une entreprise. Alors à vos calculatrices !
 
Et pour aller plus loin, nous vous invitons à découvrir les ateliers Missioneo. Ces ateliers de recherche de missions vous aideront notamment à passer de la posture de salarié à celle de consultant indépendant.

Pour en savoir plus, découvrez notre page :

  Les ateliers de recherche de mission  

Laisser un commentaire